grotte du pech merle cabrerets

Les mains négatives – Grotte du pech merle

Les mains négatives de la grotte de pech merle sont appliquées aux parois grâce à la technique du pochoir.
La main était collée à la paroi et était craché ou bien projeté dessus de la couleur (ocre (rouge), oxyde de manganèse (noir)). La main enlevée de la paroi laissait place au dessin d’une main en négatif.

L’indice de Manning
Grâce aux études de John Manning, nous pouvons savoir si la main représentée sur la paroi appartenait à un homme ou à une femme.
Ainsi, Jean-Michel Chazine (CNRS) et Arnaud Noury (informaticien et préhistorien) ont mis au point un logiciel qui permet de déterminer le sexe de l’artiste.
Les études de John T. Manning démontrent que le rapport de longueur entre l’index et l’annulaire est fixe et distinct entre hommes et femmes. Ces deux doigts sont de même longueur chez la femme, alors qu’il y a un écart mesurable chez l’homme : c’est l’indice de Manning.

Les représentations de mains négatives sont multiples car elles étaient posées de différentes manières et avec différents « styles » (doigts repliés, manquants parfois, …). Ces différentes représentations sont comme des signatures personnelles ou bien des représentations simplifiées, symboliques, d’animaux ou d’êtres, les grottes avaient un rôle « religieux », sorte de première croyance en accord avec la nature. Nous pouvons facilement croire que ces hommes ressemblent aux tribus primitives d’Amazonie ou d’Indonésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *